1902

L’histoire de la Fanfare

Créée en 1899 au café des Sources, rue des Voisins à Genève, sur l’initiative d’un groupe d’amis passionnés de musique, c’est en 1900 que cette fanfare se produit pour la première fois en public sous la forme d’un concert et d’un défilé. Immédiatement, c’est le succès. En 1902, les autorités de la Commune de Plainpalais décident d’en faire sa fanfare officielle.

Répétant alors à la rue des Vieux-Grenadiers, l’harmonie adopte son premier costume, bleu et gris avec chapeau de paille. Elle prend le nom de Fanfare municipale de Plainpalais et, en 1903 déjà, elle se produit hors du canton, en France et un peu partout en Suisse Romande, tout en participant activement à la vie sociale de Genève.

En 1917, elle se dote de nouveaux costumes. Pendant la première guerre mondiale, la Fanfare municipale de Plainpalais profite de sa notoriété pour organiser des concerts de bienfaisance en faveur des soldats et des nécessiteux.

Malgré une baisse de ses subventions, elle fête pourtant dignement ses 20 ans en invitant une cantatrice et un chanteur de l’Opéra Comique de Paris. Dans les années qui suivent, la fanfare continue à se déplacer et à représenter Genève ou la Suisse à l’intérieur et hors des frontières. Les contacts se multiplient avec d’autres groupes, dont les chanteurs de rue de Mâcon.

En 1931, alors que la Commune de Plainpalais fusionne avec la Ville de Genève, la fanfare est elle aussi rattachée à la ville mais conserve tout de même son nom d’origine. Elle s’agrandit et se dote d’une batterie de tambours.

En 1977, la fanfare déménage dans le quartier de la Jonction pour s’installer rue des Plantapôrets. Elle y restera jusqu’en 1990, avant de s’établir rue du Village-Suisse, ses locaux actuels.

Elle adopte un nouveau nom et devient la Musique municipale de Plainpalais.

A partir de 1989, la Musique Municipale de Plainpalais connaît un renouveau avec l’arrivée à sa tête de Pascal Emonet. Le style de musique se diversifie rapidement. Une ambition clairement affichée de dépoussiérage du répertoire traditionnel des fanfares conduit bientôt l’ensemble à des créations qui lui sont propres.

C’est ainsi que la Musique municipale de Plainpalais se démarque considérablement de ses consœurs en adoptant par exemple les compositions de Lee Maddeford et Olivier Rogg pour un mémorable concert piano à quatre mains et harmonie.

Par la suite, la Musique municipale de Plainpalais s’est engagée avec succès vers de nouvelles formules visant à aller à la rencontre du public, et gardant toujours en tête l’idée d’innovations musicales hardies. Le projet Fanfaricatures (avec Yannick Barman et Cyril Regamey) voit le jour et oriente une nouvelle fois la fanfare hors des sentiers battus.

En 2007, elle change à nouveau de nom, pour prendre celui de Fanfare du Losange, rappelant ainsi ses origines musicales, et celle de son quartier, dont le symbole est la Plaine de Plainpalais, qui a justement la forme d’un losange.

Aujourd’hui plus que jamais, la Fanfare du Losange explore des territoires musicaux remarquables et insolites. Hors du champ coutumier des fanfares, mais n’oubliant jamais ses racines traditionnelles, la Fanfare du Losange élargit sans cesse sa palette sonore, que ce soit par l’approche de l’improvisation, l’utilisation des technologies et de l’instrumentation électronique, ou plus récemment en associant à leurs compositions un violon et une contrebasse à cordes.

1909

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>